À Madame Fleur Pellerin, Ministre de la Culture: Soutenez Gilles Ciment, directeur de la CIBDI

Actualités

  Madame la Ministre,

Gilles Ciment dirige la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image depuis décembre 2007. Après deux mandats salués par tous les acteurs de la profession comme ayant permis l’ouverture de la Cité vers le grand public et l’international, la révolution numérique, le développement de toutes ses activités et un fort accroissement de sa fréquentation, il s’est vu confier il y a un an un troisième mandat à la tête de l’établissement public de coopération culturelle d’Angoulême. Dans un contexte de fortes tensions entre la Cité, le Festival international de la bande dessinée et les élus locaux, son renouvellement s’est cependant fait sur un projet précis, actant la reconnaissance de ses compétences par le Conseil d’administration de la Cité.

Pourtant, Gilles Ciment s’est retrouvé soudainement évincé de la direction de la Cité en mai dernier, après un arrêt maladie. Michel Boutant, président du Conseil général de la Charente et, à ce titre, du C.A. de la Cité, avait fait savoir que la direction était vacante, assurant même que Gilles Ciment n’avait jamais été renouvelé, niant par là même une délibération du C.A. et six mois de travail dûment exécutés et (en partie) rémunérés. Cette attitude d’une violence inouïe le laisse sans salaire depuis six mois et, du fait d’une grande “négligence” de ses employeurs, sans possibilité de faire valoir ne serait-ce que ses droits à une indemnisation chômage.

Ainsi, un grand serviteur de la bande dessinée se retrouve congédié et rejeté sans aucune raison valable. Il est de ceux qui se sont le plus battus et se battent aujourd’hui encore pour la légitimation du Neuvième Art mais également du cinéma d’animation, deux domaines au cœur des activités de la Cité et dans lesquels notre pays est moteur.

Si nous ne souhaitons pas interférer dans les affaires internes de la Cité, et encore moins dans la politique locale charentaise, nous ne pouvons rester insensibles face à la situation de Gilles Ciment. Nous, acteurs du milieu de la bande dessinée et de l’image, voulons rappeler ici l’importance de la Cité pour notre travail et la grande qualité de son directeur. Dès lors, nous trouvons absolument inacceptable le triste spectacle qui se déroule en ce moment. La Cité a besoin de clarté et d’une personne de conviction et de passion à sa tête pour pouvoir rayonner. Aujourd’hui, non seulement l’État et les collectivités locales qui financent l’établissement se séparent de quelqu’un possédant ces qualités, mais ils le font de surcroît au mépris le plus total du droit et avec une accablante indécence.

Pour nous, il ne fait pas de doute que Gilles Ciment doit rester directeur de la Cité, et si ce n’était pas le cas, il apparaîtrait impératif qu’il puisse au plus vite retrouver une vie normale et voir reconnaître le travail qu’il a mené durant plus de six ans avec enthousiasme, compétence et rigueur. Pour toutes ces raisons, il est de votre devoir, Madame la Ministre, de maintenir ou rétablir Gilles Ciment dans ses droits et de lui assurer un avenir

https://secure.avaaz.org/fr/petit/A_Madame_Fleur_Pellerin_Ministre_de_la_Culture_Soutenez_Gilles_Ciment_directeur_du_CIBDI/ digne de ses réalisations passées, tout en veillant à celui de la Cité.


?>