BD : Alix Senator T1 Les Aigles de Sang

Les critiques BD
  • Martin Démarez Mangin
  • Casterman ©

  • Rome. An 12 avant JC. Alix Gracchus est devenu sénateur à 54 ans. Il est entouré de Titus, son fils, et de Khephren, le fils d’Enak. C’est un proche de l’Empereur Auguste qui a rétabli la paix dans la cité après des années de guerre civile. Mais, bientôt, plusieurs événements vont perturber cette sérénité… Adoratrice d’Alix depuis son enfance, la scénariste et historienne Valérie Mangin a fait le pari, risqué, avec le dessinateur Thierry Démarez, de renouveler le mythe d’Alix ancré dans l’imaginaire de milliers de lecteurs. L’album « Les Aigles de Sang » est donc le premier volet d’une trilogie dont le dénouement surprenant va lancer Alix dans un long voyage. Mangin réussit brillamment son pari avec un spin-off dans la lignée des XIII qui s’inspire des séries TV comme Rome et de la bande dessinée du style Murena. Mangin situe son histoire à l’époque d’Auguste et puise les ressorts de son intrigue dans « Le Tombeau Etrusque ». Il s’agit d’un polar antique. Le scénario tient bien la route. Graphiquement, Démarez, décorateur à la Comédie Française, se démarque de Martin par un style plus moderne, proche de Delaby, grâce à un trait précis et soigné. Les plans proposés sont somptueux. Les décors réalistes et fouillés prouvent un grand souci de documentation. Les couleurs accentuent l’aspect ancien.

     

     

    Prolongement éblouissant d’une série culte, pilier de la BD européenne. A lire d’urgence !

     

     

    ?>