BD : Aria T31 La Mamaïtha

Les critiques BD
  • Weyland
  • Dupuis ©

  • Moyen Age. Pays de l\’Ovéron.  La région vit sous le joug de la secte des Trigyres qui a instauré  une dictature sanglante. La fougueuse, indomptable et séduisante Aria rejoint les rangs des résistants. Elle sauve des villageois livrés en pâture à de féroces ptérodactyles. Puis, elle tente de chasser les tyrans en utilisant la ruse. Elle compte se servir du liquide magique secrété par la Mamaïtha pour susciter chez l’ennemi des visions infernales. Son plan aux innombrables dangers va-t-il fonctionner ? Aria figure parmi les héroïnes de BD les plus sexys et les plus intelligentes. C’est donc toujours un plaisir de la voir de retour. L’intrigue se révèle subtile: Michel Weyland dose à la perfection les éléments fantastiques. Il parvient à réaliser un récit qui est à la fois une fable politique et un hymne à la liberté. Toutefois, un détail laisse penser que l\’auteur ne nous a pas tout raconté. La Mamaïtha semble être la suite de Renaissance où, à la fin, Aria endosse l’armure de Sacrale, une fabuleuse guerrière, pour combattre les Trigyres. Or, ici, elle ne porte plus cette armure,  mais elle la retrouve poussiéreuse dans un souterrain vers la fin du récit et décide alors seulement de la mettre… Graphiquement, Weyland parvient encore à nous surprendre: le personnage principal évolue vers une beauté sans cesse changeante tandis que ses monstres sont tout droit sortis d\’un bon film d\’épouvante et de science-fiction !

    Une friandise délicieuse à déguster d\’urgence !

    Acheter :

    Laisser un commentaire