BD : Asthénie T1

Les critiques BD
  • Pignault & Callède
  • Dupuis ©

  • Parait-il qu’il suffit d’une semaine sans sommeil pour qu’un homme perde la raison. Jason Newman, quant à lui, ne compte plus les nuits blanches qu’il enchaine. Ce jeune avocat dynamique doit pourtant continuer d’assurer la renommée de son prestigieux cabinet. Surtout qu’il gère un dossier important : son client est suspecté d’avoir tué sa femme. L’opposition se fait de plus en plus vigoureuse et pour ne rien arranger Newman fait des crises d’endormissement en plein milieu du procès. On lui fait vite comprendre qu’il doit se ressaisir ou alors… son chef lui retire tous ses dossiers, ce qui veut dire prendre la porte dans le jargon judiciaire. Sa compagne, une journaliste d’un magazine new-yorkais très en vogue, lui recommande les services d’un neurologue fraichement arrivé en ville. Sa spécialité : une technique dernière génération pour soigner les troubles du sommeil. Ni une ni deux Jason Newman se rend à sa consultation pour entendre la promesse tant attendue : en sortant de ce rendez-vous il retrouvera le sommeil. L’opération consiste à stimuler des cellules du système nerveux pour qu’elles produisent la mélatonine, une protéine qui signale à l’organisme qu’il doit se reposer. L’intervention est plus douloureuse que prévue et Jason perd connaissance. A son réveil, il ressent une douleur et en même temps une irrésistible envie de dormir. Sa première nuit depuis longtemps va être longue…

    On le savait déjà, New York est la ville des « work addict » (drogués du travail). Combien fonctionnent grâce à un cocktail de somnifères pour la nuit et de stimulants au réveil ? Pour Jason Newman, cela ne marche pas. Son opération ne va rien arranger, bien au contraire. Il verra alors qu’il est bien éveillé de terribles hallucinations. La frontière devient fine entre la réalité et le rêve éveillé. On en vient même à penser que le héros a imaginé de nombreuses scènes : le cabinet du neurologue, son intervention, son enlèvement… Mais qui nous dit que plutôt qu’un rêve ce n’est pas un coup monté contre le talentueux avocat ? Après tout, il gère une affaire décisive et peut-être que l’on préfère faire plonger un innocent plutôt que le vrai coupable. Dès lors, Jason aurait raison de se méfier de ses plus proches amis : sa compagne, son collègue du barreau, sa voisine de palier… Gageons que le tome 2 d’Asthénie ira encore plus loin dans la crise paranoïaque du héros.

    Acheter :

    Laisser un commentaire