BD : Bouncer T8 To Hell

Les critiques BD
  • Boucq Jodorowsky
  • Glénat ©

  • Passablement ivre, le Bouncer joue tranquillement au poker. C’est alors qu’on vient le prévenir que son amie l’indienne Sakayawea et son bébé ont été assassinés et son mari blessé. Le Bouncer se rend au saloon l’Infierno pour tout savoir sur ce meurtre… Le scénariste Alejandro Jodorowsky n’y va pas de main morte dans ce premier tome d’un nouveau cycle. Il nous sert un western âpre, dur et crépusculaire où les personnages rivalisent de cruauté. La série reprend dans l’horreur et la brutalité. C’est une histoire de vengeance dont la sauvagerie cloue le lecteur tout le long du récit. Cela commence par un flash-forward qui voit le gentil héros aux prises avec les loups dans un tunnel de neige. Ensuite, on apprend la cruauté de l’assassin qui nous plonge dans l’horreur. En qualité de héros, le Bouncer n’a qu’une solution : venger ses amis et aller capturer en enfer le meurtrier. Jodorowsky nous dépeint un pénitencier dont les geôliers sont des bêtes sauvages qui s’attaquent à tous les bons citoyens sans défense. Le scénariste nous mitonne une intrigue classique avec un dénouement qui frise l’horreur. Il a trouvé en François Boucq le dessinateur idéal pour créer de véritables monstres. De son trait caractéristique, Boucq dépeint une ambiance remplie de violence et de haine. Les décors sont dantesques. Les couleurs sang. Tout concourt à créer un univers bestial et sauvage.
    On attend avec impatience la suite pour savoir comment le Bouncer va s’en tirer…

    Acheter :

    Laisser un commentaire