BD : Canardo T19 – Le Voyage des cendres

Les critiques BD
  • Sokal
  • Casterman ©

  • Par une belle journée d’automne, Hector Van Bollewinkel met fin à ses jours pour échapper à un cancer généralisé. Une fin rapide et indolore (?) pour ce parrain de la mafia belge qui tenait l’Amérique à sa botte. Par testament, il laisse son énorme fortune à ses petits-enfants à la condition expresse que ceux-ci aillent personnellement disperser ses cendres dans son village natal, là-bas, au bout du monde, en Belgique…

    Avec ce jeu de pistes chaotique à travers la Belgique, ses terrils, ses moules-frites et l’Atomium, Sokal maîtrise son sujet et nous montre un Canardo dépassé mais impavide — comme à son habitude. Brinqueballé entre une gouvernante flamande psychorigide, deux héritiers à la masse et des truands à la pelle, le canard dont Bogart aurait pu s’inspirer nous offre un numéro de grande classe. Grinçante et drôle, cette traversée du plat pays se termine de façon morale et tous les macchabés ne restent pas dans les placards. Les Belgicains ne sont plus ce qu’ils étaient… Défouraillages garantis et distribution de bastos à gogo !

    Acheter :

    Laisser un commentaire