BD : Capricorne T16 Vu de près

Les critiques BD
  • Andreas
  • Le Lombard ©

  • Au terme d’une traversée houleuse, l’astrologue Capricorne (Brent Parris) est enfin de retour à New York… Pour réunir les deux moitiés de New York, Capricorne a demandé l’aide du démon Dahmaloch. Il est maintenant obligé de respecter sa partir du marché : quitter la ville sans savoir quand il pourra revenir… On approche de la fin… Andreas semble mettre les derniers morceaux du puzzle dans cet opus où tout est vu de près. Les cases sont des gros plans de visages inquiets ou énigmatiques. Astor est paniqué de revoir partir Capricorne. Ash Grey, qui éprouve de troubles sentiments pour Capricorne, vient se confier à lui. Nul ne veut d’un nouveau départ tandis que dans l’ombre, on complote pour empêcher que reprenne le court normal des choses. Andreas est de ces auteurs qui travaillent à la manière d’un architecte. Sans cesse, il laisse de petites ouvertures dans lesquelles il s’engouffre pour mieux aborder les thèmes qui lui tiennent à cœur, mais sans jamais perdre de vue les murs porteurs. Ce seizième tome est, plus que jamais, l’occasion de nous offrir une perspective différente sur ce somptueux édifice qu’est l’ensemble de la série (qu’il est conseillé de relire). Le graphisme est époustouflant avec un découpage ahurissant. Des planches en noir et blanc créent la surprise. Un montage ingénieux nous montre une ballade en voiture vue de près. Les couleurs d’Isabelle Cochet sont sublimes.

     

    Une aventure de science-fiction aux éléments fantastiques qui se révèle palpitante. A ne pas manquer !

     

    ?>