BD : Dans la nuit la liberté nous écoute

Les critiques BD
  • Le Roy
  • Le Lombard ©

  • En 1943, ulcéré par l’idéologie nazie, Albert Clavier, seize ans, épouse les idéaux communistes. Trois ans plus tard, la France est libre et il s’engage dans l’armée pour voir du pays. Dépêché en Indochine «pour combattre les terroristes viet-minhs », il ne tarde guère à frayer avec les indigènes en dépit des consignes de l’Etat-Major. Bien qu’on le lui interdise, il se fait l’ami d’une petite fille, puis d’autres indigènes… Maximilien Le Roy, journaliste et conteur, met en scène le destin véridique d’Albert Clavier, traître à son pays. Cet opus résulte d’une lecture qui a entraîné une rencontre. De là est née une histoire dont la matière a été complétée par un voyage. Au sein de cette démarche exigeante, l’auteur parvient à conserver une liberté totale et une radicalité absolue. Cette dernière est d’abord formelle : 186 pages monochromes de récit, transcendées par un dessin qui puise ses racines dans l’observation pure, dans la veine des romans graphiques américains. Cet opus est un vibrant plaidoyer en faveur de la désobéissance civique, un concept cher à l’auteur. C’est en outre un hommage rendu au droit d’un homme à disposer de lui-même. Le lecteur ne peut qu’adhérer à la démarche de Clavier car elle est juste. Il salue aussi son courage. Le Roy nous invite une nouvelle fois à découvrir les faces cachées de l’Histoire avec une sensibilité peu commune.
    Un récit dense et stupéfiant qui ne laisse personne indifférent…

    ?>