BD : David Les femmes et la mort

Les critiques BD
  • Judith Vanistendael
  • Le Lombard ©

  • Berlin. Avril 2000. Le médecin de David lui apprend une horrible nouvelle. Il est atteint d’un cancer du larynx. Sans métastases. Cela veut dire qu’il peut s’en sortir avec de la chimiothérapie et de la radiothérapie. David se demande comment il doit réagir vis-à-vis des trois femmes de sa vie. Avec Julia, il a eu une fille, Miriam, qui a maintenant 35 ans et qui vient d’accoucher d’une fille, Louise. Le père est parti. Avec Paula, David a eu une fille, Tamar, qui a neuf ans. Il ne peut se résoudre à inquiéter les femmes qu’il aime et se mure dans le silence… A travers une histoire fictive bouleversante, un pavé de 272 planches réalisé à l’aquarelle, Judith Vanistendael pose la question de la maladie, de la réaction des proches et de l’euthanasie. L’incroyable maturité de sa narration impressionne de page en page pour atteindre des sommets d’émotion. Ce roman graphique traite la maladie sans fausse pudeur et sous une forme osant mêler l’intime, le poétique et le médical. Le résultat est poignant. L’intime rejoint ainsi l’universel sur un sujet (la maladie, la mort et les silences qui les accompagnent) qui nous concerne tous. Le tragique côtoie le beau et même une chambre stérile peut être entourée d’évasions oniriques et de rires d’enfants. Avec cette œuvre sur la mort, l’auteure nous donne une magnifique leçon de vie.
    Une histoire qui ne laisse pas indifférent et qui renvoie à notre propre mort…

    ?>