BD : Djinn T10 Le pavillon des plaisirs

Les critiques BD
  • Mirallés Dufaux
  • Dargaud ©

  • Début des années 20. L’Inde est sous l’occupation britannique. Ancienne favorite d’un sultan turc, Jade est reçue par la Rani Gaya Bashodra dans un salon de son palais. Son hôtesse souhaite que Jade fasse l’éducation sexuelle de Tamila, la future épouse de son fils, le Maharadjah d’Eschnapur qui a épousé la cause des anglais. Tamila est la fille du colonel Sing, lui aussi hostile aux britanniques… Le scénariste Jean Dufaux débute ici un nouveau cycle en trois tomes qui se situe entre le cycle ottoman et le cycle africain. Tout de suite se met en place le jeu de la séduction dans un contexte politique et historique qui est une vraie poudrière. On retrouve l’envoûtante Jade qui va exacerber nos sens. Il s’agit d’abord d’une mise en place des personnages de façon linéaire alors que Dufaux nous avait habitués aux flashs back. Ce dernier utilise parfaitement les jeux du pouvoir politique et montre qu’il s’est bien documenté. Intrigues, fantastique, malédiction, mystères s’invitent dans cette histoire passionnante où l’érotisme et la volupté occupent largement le récit. Le dénouement reste brillant et mystérieux. Mais, Djinn sans Ana Mirallès serait impensable. Son graphisme est une ode à la femme et aux sens. Elle sait dessiner des corps voluptueux qui se donnent du plaisir. Les décors et les paysage sont superbes. Les couleurs magiques.

     

    Un récit pour adultes qui nous entraîne sur le chemin des délices. A lire d’urgence !

     

    Acheter :

    Laisser un commentaire