BD : Fahrenheit 451

Les critiques BD
  • Hamilton & Bradbury
  • Casterman ©

  • Dans un futur indéterminé, la société a banni la littérature et posséder un livre, ou toute forme d’oeuvre écrite, est devenue un crime. Guy Montag appartient à une brigade de pompiers dont la mission est de parcourir la ville à la recherche de toutes les bibliothèques illégales, avec pour ordre strict d’en faire des autodafés. C’est dans ce monde fermement contrôlé où le simple fait de penser est dangereux que Montag, jusque-là pleinement satisfait de son travail, va faire la rencontre de la jeune et intrigante Clarisse McClellan. Elle va petit à petit le faire douter de ses prétendues convictions… Tim Hamilton réussit ici une excellente adaptation du roman de science-fiction de Ray Bradbury écrit en 1953. Le titre fait allusion à la température en degrés Fahrenheit à laquelle le papier s’enflamme et se consume. Le récit de Bradbury propose le pire des mondes. Celui où l’on ne peut atteindre le bonheur mais où l’on croit être heureux. La société parfaite qu’il décrit fait l’apologie de l’individualisme. On y a vu poindre une culture de masse due à un système scolaire déficient. En ce sens, cela renvoie à notre société actuelle. Hamilton respecte fidèlement le roman en y apportant sa touche personnelle grâce à un découpage efficace et des personnages bien typés. Le parcours du héros correspond à une lente montée du suspense. Et, le trait réaliste sert à merveille le scénario.

    Un album qui n’est pas seulement destiné aux intellectuels mais qui s’adresse à un large public.

    Acheter :

    Laisser un commentaire