BD : Geluck se lâche Textes et dessins impolis

Les critiques BD
  • Geluck
  • Casterman ©

  • Elevé par une gouvernante prussienne dans une famille noble mais désargentée, ma petite enfance ne fut pas rose bonbon tous les jours. Le ton est donné par un des plus célèbres humoristes de la planète dans la préface de Geluck se lâche, titre d\’un livre poilant qui reprend 56 chroniques et 50 dessins publiés dans Siné Hebdo. C\’est là que Geluck se dessine et qu\’on peut enfin admirer son physique de rêve tandis que le Chat se manifeste par une présence discrète. L\’auteur rend hommage à Michael Tippett, élu comme le plus beau bébé wallon. Devenu cardinal, il est excommunié pour avoir montré son derrière à tous les fidèles, un jour où il était ivre mort. Après avoir remporté de nombreuses courses cyclistes, Tippett, criblé de dettes, meurt de chagrin suite à l\’insuccès que rencontre son université des pêcheurs de crevettes à cheval ! Dans la même veine que Le docteur G, qui a fait rire plusieurs générations de patients et de non-patients, ce recueil de textes fort bien tournés prouve une fois encore que Geluck, en toute grande forme, a un humour ravageur et iconoclaste. Tout y passe: les propos controversés du pape, les commentaires parfois cruels de l\’actualité et les réflexions profondes sur le sens de la vie. Laquelle, selon l\’auteur, ne sert pas à grand chose. Il faut croire quand-même que sa vie à lui est utile puisqu\’il nous inonde de bouquins drôles à se fendre les zygomatiques.

    Un pavé hilarant à consommer pour se dérider…

    Acheter :

    Laisser un commentaire