BD : Happy Slapping

Les critiques BD
  • Peyraud & Villard
  • Casterman ©

  • Cécile déambule dans les rues de Paris avec le Samu social pour aider les sans-abri. Elle accomplit cela dans un but intéressé: celui de retrouver son père. Sa grand-mère vient de lui apprendre qu\’il n\’est pas mort comme on le lui avait fait croire. C\’est un musicien de jazz surnommé Bird qui, d\’après les rumeurs, vivrait dans la rue quelque part dans Paris. Cécile a payé cher l\’abandon de son paternel. Elle s\’est droguée et prostituée pour combler ce vide. Mais, voilà que Bird est témoin d\’un happy slapping, une pratique consistant à filmer une agression avec un portable… Happy Slapping est l\’adaptation du roman Bird de Jean-Philippe Peyraud. Il y a deux histoires qui se chevauchent: la quête du père chez une jeune femme brisée et l\’agression dont est témoin Bird. Les confessions de Cécile dans un groupe de paroles à propos de sa vie de toxicomane et de prostituée dépassent toute émotion. Le fait de retrouver son père va déclencher chez elle un phénomène de libération réparateur. Le happy slapping pose la question de savoir jusqu\’où peut aller la violence dans notre culture occidentale. Ce polar dense et sombre est bien ancré dans la réalité et nous interpelle. La fin de l\’histoire a valeur de symbole puisqu\’elle rejoint la violence du début. Avec son trait gras, à peine esquissé, Marc Villard donne vie à des personnages torturés dans des décors sommaires.

    Une plongée en apnée dans une réalité dure et cruelle que nous côtoyons tous les jours.

    Acheter :

    Laisser un commentaire