BD : IRS T12 Au nom du président

Les critiques BD
  • Vrancken & Desberg
  • Le Lombard ©

  • Los Angeles. Cité des anges. Pour découvrir qui a tué son père et retrouver Kate qui a été enlevée, Larry va se servir des infrastructures de l\’I.R.S. à des fins personnelles. Il découvre que l’avion du père de Larry a été saboté par John Caristos. On apprend que Gloria a bien été la maîtresse de la Méduse, un homme corrompu qui a fait fortune des secrets des autres. Aujourd’hui, la Méduse a enlevé Kate parce qu’elle sait comment Robert Max a été tué… Il y a indubitablement du James Ellroy dans cet album qui clôture ce diptyque. On pense à L.A. Confidential et à l’?uvre Le Dahlia noir. Stephen Desberg se détache totalement du ton des autres albums de la série. Cette fois, il joue sur les émotions intimes de ses personnages. Le passé de son héros dissimule de lourds secrets qu\’il lui faut affronter. On passe alors du thriller au drame personnel, non dénué de suspense. Desberg creuse ici encore un peu plus le passé de Larry qu’il place dans des impasses dont il ressortira forcément blessé. Après la mort de Gloria, il ne sera jamais plus le même. Mais, ce qu’il apprend sur son père va le réconcilier, un peu tard, avec le disparu. Le dessinateur Bernard Vrancken semble aussi à l\’aise dans les scènes d\’introspection que dans les scènes d\’action. Il intègre de somptueux lavis à son trait qui accentuent le réalisme de ses planches.

    Suite et fin haletante d’un épisode passionnant et sentimental du chevalier blanc du fisc.

    Acheter :

    Laisser un commentaire