BD : jason Brice T1 ce qui est écrit

Les critiques BD
  • Jovanovic & Alcante & Gérard
  • Dupuis Repérage ©

  • Nous sommes en 1920. La ville de Londres referme doucement ses plaies suite à la première guerre mondiale. Suite à la mort ou à la disparition d’un trop grand nombre de jeunes soldats, des familles en détresse ont recours aux médiums et autres charlatans pour entrer en contact avec leurs enfants ou maris. Jason Brice qui est un détective privé très cartésien aime beaucoup déjouer les astuces de ceux qui profitent des malheurs des autres. Avec le temps il a acquis de l’expérience en la matière.  Pourtant les convictions qui sont profondément ancrées en lui vont être soudainement chamboulées quand une jeune femme, mademoiselle Prendergast, va venir à sa rencontre en lui présenter un étrange livre qui contient une suite d’évènements qui étrangement se réalisent tours à tours. La jeune dame à de quoi s’inquiéter car la fin de l’histoire n’est rien d’autre que sa propre mort. Jason Brice ne se laisse pas démonter et commence son enquête. Il commence à s’inquiéter quand il apprend que l’auteur du livre avait dans le passé écrit un livre sur la fin du Titanic, 15 ans avant le naufrage de celui-ci.

    Prémonitions ? hasards ? Ou simplement un alibi pour supprimer la jeune femme ?

    Alcante nous propose une nouvelle série qui tombe dans le monde du paranormal.

    En se servant de détails véridiques, il a conçu un scénario mi-fantastique mi-policier qui à aucun moment ne laisse retomber le souffle de l’intrigue.

    La base de l’histoire tient qu’un auteur a pu écrire une histoire qui s est finalement réalisée, celle du Titanic. C’est bien entendu étrange, mais le XIXe siècle fut celui des inventions, de la création, et tout auteur un peu documenté et avec quand même beaucoup d’imagination et de talent, pouvait écrire des livres avec des détails que l’on pouvait encore imaginer. C’est une chose qui n’est plus vraiment possible de nos jours. Comme exemple nous pouvons citer Jules Verne. Par contre, il est vrai qu\’autour du Titanic, beaucoup de personnes ont eu des « pressentiments » ou des « rêves ». Ils ont bien essayé de prévenir les autorités, mais sans réussir à faire croire autres choses que de leurs « folies ». Le cas le plus extraordinaire fut celui d’une femme exerçant la profession de voyante qui envoya à des membres de sa famille, un télégramme le matin même du départ du bateau, leur ordonnant de ne pas embarquer. Un couple et leurs trois enfants ont eu ce jours-là, la vie sauve, puisqu’ils lui ont obéi.

    Si Alcante continue la série avec des détails de ce genre, alors c’est une nouvelle (encore) belle série qui s’ouvre. Sans oublier Jovanovic au dessin et Gérard aux couleurs. La réussite d’une bonne bande dessinée c’est le travail d’une équipe.

     

    Acheter :

    Laisser un commentaire