BD : Jojo T18 Mamy Blues

Les critiques BD
  • Geerts Salma
  • Dupuis ©

  • Jojo s’inquiète pour Mamy qui ne se sent pas bien… Pire, elle fait un malaise dans la cuisine ! Son fils prend rendez-vous chez le médecin. Dans la salle d’attente, Jojo découvre dans un journal qu’il y a un concours pour gagner une croisière. Dans la nuit, Jojo fait un cauchemar où il voit Mamy morte… André Geerts, 55 ans, est décédé le 27 juillet 2010 d’un cancer. Ce dernier album a donc un goût d’amertume et de tristesse. Lorsqu’André décède en laissant un album incomplet, Alain Mauricet dessine les deux dernières planches. André avait choisi un sujet difficile qui parle de douleur, de maladie, de dépression, de la perte d’un être proche. On ne peut s’empêcher de penser que cela avait un rapport avec son état. Mamy malade, cela casse les habitudes des fans de la série qui pleurent son auteur. Sergio Salma signe le scénario. Mais, le scénario reste amusant, drôle et tendre. Gros-Louis ne profite de rien. Jojo se laisse mener par le bout du nez par Mado qui finira par craquer pour lui. Et, tout se termine par un happy end et une leçon d’amitié et de vie. Jojo ne survivra pas à son créateur. C’était la volonté d’André… Dans son style rond, André fait merveille. Son trait croque des personnages hauts en couleurs. Les décors, minimalistes, sont soignés. On se croirait en croisière. Les couleurs sont splendides.

     

    Un dernier album qu’il ne faut pas rater… Tout simplement humain et beau !

     

    Acheter :

    Laisser un commentaire