BD : Le Scorpion T9 Le Masque de la Vérité

Les critiques BD
  • Marini Desberg
  • Dargaud ©

  • XVIIIème siècle à Rome. Le cardinal Trebaldi devenu pape complote pour redonner aux neuf familles les plus influentes d’Italie leur lustre d’antan.  Armando Catalano, lui, porte sur le corps une marque d’infamie, celle d’un scorpion (dont il adopte le nom) parce que sa mère a été brûlée vive pour avoir aimé un homme d’Eglise. Après bien des péripéties, le Scorpion apprend enfin le nom de celui qui aurait dénoncé sa mère. Après avoir volé l\’or du pape nécessaire pour payer ses moines guerriers, Armando continue à enquêter sur le sort de sa mère sans se soucier des assassins lancés à ses trousses… Avec une précision diabolique et un sens inné du suspense, le scénariste Stephen Desberg poursuit les aventures de cap et d\’épée du Scorpion. On croyait le mystère de la naissance du héros enfin révélé. On pensait qu\’il allait quitter Rome avec la belle Méjaï, la sorcière. Mais, le talent de raconteur de Desberg est tel qu\’il a gardé des secrets à découvrir. Complots politiques, confidences d\’alcôves, confessions brûlantes donnent à cet épisode un éclat particulier et douloureux. Graphiquement, Enrico Marini prouve une nouvelle fois toute la maîtrise de son art. Ce qui le rend exceptionnel, c’est sa façon de peindre ses dessins à même la planche. Cette technique lui permet de créer des atmosphères chaudes et vivantes particulières à son style.

    Un épisode palpitant d\’une saga exceptionnelle pour ses qualités narratives et graphiques.

    Acheter :

    Laisser un commentaire