BD : Les Aigles Décapitées T21 La main du prophète

Les critiques BD
  • Pierret
  • Glénat ©

  • La France au Moyen Age. Hughes de Crozenc part à la poursuite du sarrasin Al Mansour, lui-même pisté par son fils Sigwald. En chemin, il apprend que l’armée du Roi assiège le château de Noirlac. Au camp du comte de Sancerre, on lui raconte qu’Al Mansour s’est noyé. Il y découvre aussi son fils condamné à être pendu. Il implore en vain la clémence du comte qui ne parvient pas à reconquérir son château. Hughes lui apporte la solution en échange de la vie de son fils. Le plan se déroule comme prévu et Sigwald est libéré. Mais, Hughes tombe dans un piège. Est-ce encore Al Mansour ? «La main du prophète» fait partie des épisodes un peu moins forts de l\’épopée des Aigles. Le ressort dramatique est constitué par la menace de mort qui plane sur Sigwald. Or, cette idée a déjà été utilisée dans un épisode précédent. Il ne reste que le suspense lié à l\’assaut du château. La solution proposée par Hughes est ingénieuse. Et le dénouement offre plusieurs coups de théâtre. Le trait classique, réaliste et précis de Pierret, son souci du détail vrai suffisent à nous transporter à l\’époque médiévale. Enfin, il n\’est pas nécessaire de relire tous les albums pour la compréhension de l\’histoire car elle est construite par cycle et cet opus fait partie du cycle des enfants.

    Malgré la légère baisse d\’intensité dramatique du dernier épisode, cette épopée médiévale pleine de bruit et de fureur continue à nous passionner et on se met à espérer une suite plus flamboyante…

    Acheter :

    Laisser un commentaire