BD : Les Cinq Conteurs de Bagdad

Les critiques BD
  • Frantz Duchazeau & Fabien Vehlmann
  • Dargaud ©

  • Le calife de Bagdad qui adore les histoires a décidé d’organiser un grand concours de contes. Mille et un conteurs devront raconter une histoire devant le souverain et la foule.  Ils ont trois ans pour inventer le meilleur conte et parfaire leur technique de narration. L’enjeu : pour celui qui gagne la gloire et la richesse, pour le perdant le supplice du pal ! Compte tenu de l’enjeu et comme il est bien connu que l’union fait la force, Ahmed, le propre fils du Calife, propose à quatre conteurs de partir avec lui faire le tour du monde pour en ramener les plus incroyables histoires et les condenser en une seule qu’ils écriront ensemble ! Après réflexion, ils acceptent. Notre petit groupe de voyageurs se compose donc de Nazim le gentil colosse, maraîcher de métier qui passionne régulièrement les foules sur les marchés, Tarek le séducteur, bourré de talent et de charme, Anouar le vieux maître de ce dernier que ce concours embête profondément et Wahid (en réalité Wahida, une jeune femme déguisée en homme) réputé pour ses récits à la tonalité très particulière.  Avant de partir, ils vont consulter la meilleure voyante du village qui va leur donner un aperçu de leurs nombreuses aventures et mésaventures. Il paraîtrait que Nazim assassinera Anouar de treize coups de couteaux et que  Wahida, se mariera finalement avec Tarek…. Ces prédictions se révéleront-elles exactes ?

    En tous cas, elles n’enlèvent rien au suspens de la tribulation de nos héros. En effet, bien qu’un oiseau soit foudroyé sous leurs yeux comme l’avait vu cette dernière, rien ne prouve que toutes ses prédictions vont se révéler exactes …. De plus le scénario surprend le lecteur à chaque instant aussi bien dans son déroulement que dans les dialogues qui sont à la fois perspicaces et plein d’humour. Cette histoire est finalement pleine de rebondissements ! De bonnes idées ont été exploitées avec succès : le mélange de personnages très différents les uns des autres a permis un large éventail de possibilités d’actions, quant à l’arbre aux oiseaux  c’est un exercice de style particulièrement bien réussi. Le dessin n’est pas en reste : les traits fins, les hachures, l’emploi du noir et blanc surtout dans les premières pages, la focalisation sur l’expression des visages imposent d’entrée une atmosphère de mystère. Mais les couleurs ne sont pas en reste, elles nous entraînent dans des paysages et des décors dignes des Mille et une Nuits : les scènes dans le désert et celle du feu d’artifice en sont les meilleurs exemples. Et pour finir, cet album ne se contente pas de nous raconter une histoire, il cherche aussi à nous faire réfléchir sur l’art de les dire et aussi sur celui de les écrire…

    Cet album a obtenu le Prix des Libraires de Bande Dessinée 2007.

    Acheter :

    Laisser un commentaire