BD : L’impertinence d’un été Seconde Partie

Les critiques BD
  • Pellejero & Lapière
  • Dupuis Aire Libre ©

  • Mexico. 1942. Théophile Genet, un écrivain français, va se recueillir là où Tina Modotti est morte. Il se met à raconter sa vie à un chauffeur de taxi dans un café. 1923. Tina, une italienne actrice à Hollywood, s’installe à Mexico avec le photographe Edward Weston qui a quitté femme et enfants. Les deux amants vivent une passion torride en même temps qu’une liberté artistique totale. Dans le contexte politique révolutionnaire des années 20, les artistes comme eux sont engagés dans un processus de création pour le peuple… Comme cadre de son récit, le scénariste Denis Lapière a choisi une époque peu connue de l’histoire du Mexique. Un moment où tous parlent de construction d’un monde nouveau et d’une participation au pouvoir. En fin de compte, artistes et révolutionnaires vont bien vite déchanter devant les mesures gouvernementales. Lapière se sert d’un personnage fictif, Genet, pour évoquer la passion brûlante de deux photographes ayant réellement existé. Entre eux, c’est un embrasement des corps et des âmes. Par le biais de flash back, Genet fait revivre les séparations des amants et l’exercice de leur art dans un contexte politique qui se dégrade. Avec son trait sensuel, Ruben Pellejero esquisse les formes opulentes et lascives des femmes et dépeint à merveille les rues de la capitale.

     

     

    On quitte à regret un couple extraordinaire qui parvient à nous donner une leçon de vie…

     

     

    Acheter :

    Laisser un commentaire