BD : L’impertinence d’un été T1

Les critiques BD
  • Pellejero & Lapière
  • Dupuis Air Libre

  • En 1923, Tina Modotti, actrice à Hollywood, s’installe à Mexico avec le photographe américain Edward Weston qui a quitté femme et enfants.  Les deux amants vivent une passion torride en même temps qu\’une liberté artistique totale. Dans le contexte politique révolutionnaire des années 20, les artistes comme eux sont engagés dans un processus de création pour le peuple. Les muralistes, qui peignent des fresques populaires dans la rue, font partie de ce courant. Weston sympathise avec l\’un d\’entre eux, Diego Rivera, qui séduit Tina… Comme cadre de son récit, Denis Lapière a choisi une époque peu connue de l’histoire du Mexique. Un moment où tous parlent de construction d’un monde nouveau et d’une participation des artistes au pouvoir. Lapière se sert d’un personnage fictif, Genet, pour évoquer la passion brûlante de deux photographes ayant réellement existé. Ainsi, Tina Modotti a étudié la photo avec Edward Weston à Los Angeles et a ouvert un studio avec lui à Mexico. Ainsi, Weston a été un photographe mondialement connu pour son travail  innovateur. Entre eux, c’est un embrasement des corps et des âmes que le scénario parvient sans peine à transmettre. Avec son trait sensuel, Ruben Pellejero  esquisse les formes opulentes et lascives des femmes et dépeint à merveille les rues de la capitale. Son graphisme permet de faire passer facilement un sujet parfois un peu ardu. Et, les couleurs chaudes inondent chaque étreinte, chaque cliché, chaque toile.

    Pour savoir où veut nous mener le scénariste, il faudra hélas attendre la parution de la seconde partie…

    Acheter :

    Laisser un commentaire