BD : L’ombre de Sarapis Alix T31

Les critiques BD
  • Venanzi Corteggiani Martin
  • Casterman ©

  • Delta du Nil. Des mercenaires s’approchent en bateau d’un petit village. Ils tuent tous les habitants et enlèvent un enfant. Un peu plus tard à Rome, César a convoqué Alix pour une affaire de la plus haute importance. Il a appris que son fils, Césarion, a disparu ! Il demande à Alix d’aller enquêter en Egypte à Alexandrie chez Cléopâtre… Le scénariste François Corteggiani nous propose une intrigue riche et foisonnante qui se présente sous forme d’enquête policière. Enigmes, complot, mystères, assassinats, espionnage sont les ingrédients de ce nouvel opus passionnant. Corteggiani provoque une confrontation entre Alix, l’intègre et Cléopâtre, l’ambigüe. Il semble qu’elle soit mêlée à la disparition de son fils et à une secte adoratrice du dieu Sarapis (dieu guérisseur). Corteggiani fait monter le suspense d’une intrigue bien structurée. Corteggiani centre l’intrigue (fouillée, crédible, dense, féconde) sur la disparition de l’enfant de César et Cléopâtre, une disparition qui pourrait provoquer des troubles politiques. Graphiquement, Marco Venanzi n’a cessé de progresser en dépit des longs récitatifs propres à Jacques Martin. Grâce à des décors bien campés et un rendu des personnages digne d’éloges, il se pose en digne successeur d’une série qui avait connu des difficultés à surmonter la mort d’un maître de la BD en 2010. La documentation donne un souffle épique à l’histoire. Avec son trait limpide, Venanzi fait honneur à la ligne claire.
    Un épisode convaincant propre à enthousiasmer les lecteurs…

    ?>