BD : MétaMuta

Les critiques BD
  • Jérémie Labsolu
  • Ankama ©

  • Quelle drôle de mixture a ingéré Angelino ? Après un accident de voiture où il croit perdre son ami Vinz, celui-ci vit un rêve éveillé : flash-back dans son enfance, fusillades sanglantes dans un centre commercial, invasion des rues et bâtiments par une curieuse substance noire… Bientôt, la rencontre d’une intrigante jeune femme lui remet les pieds sur terre. Elle est belle, mystérieuse et il ne tarde pas à en tomber éperdument amoureux. Mais leur entrevue va bientôt tourner au vinaigre, et se transformer en une folle cavalcade façon Bonnie et Clyde…

    Reculer pour mieux sauter ! Telle pourrait être la devise de Run, le prolifique créateur de la série Mutafukaz qui, après l’ovni visuel « It came from the moon », propose une nouvelle digression de son univers noir et intemporel. Sauf que pour cette fois, il délaisse le crayon entre les mains d’un nouveau dessinateur qui a eu (presque) toute liberté sur MétaMuta. Le résultat est aussi épique que Mutafukaz, mais fait la part belle aux émotions et à une sensibilité à fleur de peau : l’amour destructeur d’Angelino, ses dilemmes existentiels, le deuil de son ami Vinz… le tout saupoudré d\’une action essouflantte, rythmée entre les détonations d’armes à feu, les cascades impossibles et les mauvaises chutes : autant dire que la lecture se fait à cent à l’heure ! En résumé, MétaMuta est une expérience visuelle intéressante, qui est finalement assez rare dans le monde de la BD : qu’un auteur accepte de laisser les clefs de son appartement, pour qu’un deuxième vienne refaire toute la déco, c’est prendre un risque, celui de perdre les fans… Mais que ces derniers se rassurent, avec MétaMuta, ils resteront dans leurs chaussons. Et en prime, l\’expérience a peut-être inspiré à Run quelques

    idées pour alimenter la suite de la série…

    Acheter :

    Laisser un commentaire