BD : Pain d’alouette

Les critiques BD
  • Christian Lax
  • Futuropolis ©

  • La guerre terminée, la vie reprend son cours. Le 20 avril 1919, le Paris-Roubaix remet la petite reine à l’honneur. \ »Les pavés de l’enfer du Nord\ » sont aux premières loges. Traversant des paysages dévastés par la Grande guerre, les coureurs se donnent à fond, encouragés par des spectateurs issus de toutes les couches sociales. Parmi eux Quentin Tiernois et son neveu Elie. Quentin, ancien coureur, gazé à Ypres, n’a jamais gagné cette course mais il l’aime. De son côté, Elie admire ces forçats de la route qui triment, souffrent et vont courageusement au charbon. Une expression qu’il connaît bien puisqu’il travaille à la mine.

    Au même moment, dans un orphelinat, Reine Fario, une très jeune enfant est victime de la brutalité du directeur. C’est la fille d’Amédée, \ »l’Aigle sans orteils\ », tué sur le front…

    Suite de l’Aigle sans orteils, ce Pain d’alouette offre plusieurs degrés de lecture. Une lecture sportive tout d’abord, une autre, sentimentale avec l’histoire de Reine et une troisième, plus sociales avec une esquisse de lutte des classes. Un livre complet avec des dessins et une mise en couleurs particulièrement réussis. Superbe !

    Acheter :

    Laisser un commentaire