BD : Yoko Tsuno T25 La servante de Lucifer

Les critiques BD
  • Leloup
  • Dupuis ©

  • Accompagnée d’Emilia, Yoko se rend en Ecosse chez Cécilia. Cette dernière les conduit dans les ruines d’une abbaye. Elle leur montre ce qui semble être l’épave d’une machine volante. Puis, dans la crypte, Yoko découvre un catafalque contenant un automate, prénommé Zarka. Lequel, selon d’anciens manuscrits, ne serait autre que la servante de Lucifer arrivée sur terre sur un animal diabolique… Après cinq d’absence, Roger Leloup, 77 ans, fait vivre à son héroïne électronicienne une aventure aux frontières du fantastique. L’intrigue tourne autour du diable lui-même dans le contexte religieux du Moyen Age au 13ème siècle. Yoko doit élucider un mystère : que fait un automate enfermé depuis huit siècles à notre époque. Cécilia lui donne une explication à glacer le sang : ce serait d’après son grand-père la servante  de Lucifer. Entrent alors en scène le Vinéens à la peau bleue avec leur technologie de pointe. Les rapports entre les personnages de plus en plus nombreux deviennent de plus en plus complexes. Leloup a gardé la finesse de son trait dans le style ligne claire. On retiendra la perfection dans les détails, la minutie des décors et l’utilisation d’une importante documentation.  Les engins spatiaux, les avions sont parfaitement reproduits. Leloup a toujours eu le grand souci d’être plausible. Par ailleurs, la série véhicule des valeurs et qualités humaines comme l’amitié, la tolérance, la générosité.   

    Un épisode époustouflant qui ravira tous les lecteurs. A lire d’urgence !

    Acheter :

    Laisser un commentaire