Canardo T22 Le vieux canard et la mer

Les critiques BD
  • Sokal et Regnauld
  • Casterman ©

  • Pendant les vacances de sa sœur (qui est partie aux Seychelles se faire opérer les seins pour les rendre plus fermes), l’inspecteur Canardo se charge de garder son neveu, Marcel. Ils vont voir au cinéma « Momo le mérou » qui fait un tabac chez les enfants. Chez lui, Canardo regarde les nouvelles à la TV. Stupeur ! Le film a eu des répercussions sur l’économie d’une île, le Koudouland…La grande nouveauté de cet album est l’arrivée d’Hugo Sokal au scénario qui assure avec brio la continuité de l’œuvre de son père. Encore une fois, Benoît Sokal et son fils, Hugo, font plus que nous divertir avec leurs histoires d’animaux anthropomorphes qui ressemblent à s’y méprendre à des humains. Le Colombo de la BD est de retour avec son imperméable et son humour désabusé. Benoît Sokal s’attache maintenant spécialement aux dialogues qui sont ciselés. Cette fois, notre canard, alcoolique, fumeur actif, dépressif et cynique, va dénouer une situation de crise politique, économique, médiatique et écologique. Tout s’emballe pour le plaisir du lecteur qui jubile. On nous sert un polar bien noir avec une intrigue tirée – à merveille – par les cheveux. Le dessin reste très caricatural, très expressif et ne s’embarrasse guère de décors. Dans ce domaine, Benoît Sokal a laissé la plus grosse part du travail à Pascal Regnauld.
    Le dénouement surprenant, les dialogues mordants font de cette histoire un régal d\’humour noir à savourer sans restriction.

    Acheter :

    Laisser un commentaire