Cassio T8 Le peintre des morts

Les critiques BD
  • Cassio T8 Le peintre des morts
  • Le Lombard ©

  • Aujourd’hui à Rome, l’archéologue Ornella Grazzi mène des recherches sur les circonstances mystérieuses de la mort de Lucius Aurélius Cassio, assassiné en 145 de notre ère. Dans les ruines du passé, Ornella retrouve les traces de passions empoisonnées, de haines dévorantes et de jalousies mortelles. Alors qu’un milliardaire du nom de John Vegham engage Ornella et lui livre des informations sur une momie étrange entreposée au Louvre, Tesio, un peintre de renom, vend ses toiles macabres au Vatican. Scènes de supplices et de mort, surgies d’un passé toujours plus sombre. Sombre comme celui de Cassio face à ses ennemis romains, qui se rapprochent dangereusement chaque nuit un peu plus… Stephen Desberg et Henri Reculé nous font voyager plus que jamais entre la Rome antique et la Rome d’aujourd’hui avec brio, et, d’une époque à l’autre, les intrigues se superposent habilement. Dans ce troisième cycle, les auteurs ajoutent une nouvelle part de mystères et, mêlant dans un juste équilibre réalité et fiction, plongent le lecteur dans un univers passionnant. L’intrigue de Cassio se révèle être de plus en plus riche et maîtrisée au fil des tomes. Sur fond de conflits religieux et politiques, de règlements de comptes mais aussi de récit historique et d’intrigues romanesques, les auteurs achèvent ce cycle de la momie avec toujours autant de talent. Le graphisme d’Henri Reculé s’enrichit de scènes d’actions.

    Un épisode alléchant…

    ?>