Cellule Poison – T2 – qui suis-je?

Les critiques BD
  • Laurent Astier
  • Dargaud ©

  • Le sujet est un peu dur et délicat. Des jeunes filles des pays de l’Est sont mises de force sur les trottoirs de France pour alimenter la prostitution.

    Ces femmes sont sous la domination d’une mafia sans nom et sans frontière. Qu’une seule ose se révolter et on n\’entendra plus jamais parler d’elle.

    Claire se fait passée pour l’une d’elles, mais ce n’est qu’un flic infiltré dans le milieu. Elle va devoir très rapidement tomber très bas dans le milieu afin de réussir à trouver un début de piste lui permettant  ainsi qu\’à ses coéquipiers de commencer à avoir des indices et des débuts d’explication sur les systèmes mafieux de la prostitution, de la drogue et de tous les trafics possibles. Car les filles dans la rue ne sont que la face visible pour tant d\’autres cachées.

    Cette histoire est dure, parfois difficile à lire tant elle est rendue plausible. Sans forfaiture ni manière bien pensante, il faut faire face à la réalité. Ce qui n’est que dessin et scénario se trouve bien être la réalité pour des milliers de malheureuses. Laurent Astier a forcement voulu dénoncer l’esclavage féminin, et bien loin des simples et pauvres clichés, il est aller très loin dans ses recherches ce qui apporte un réalisme époustouflant.

    Cette série n’est pas pour les plus jeunes, n’est pas non plus pour les puritains. Cette série s’adresse à ceux qui ouvrent les yeux.

    Acheter :

    Laisser un commentaire