Chez Francisque

Les critiques BD
  • Lindingre & Larcenet
  • Fluide Glacial ©

  • a scène se situe dans tous les bars à comptoir de France, voire peut-être aussi du monde entier.

    Au bout de quelques pressions sans mousse, voici les piliers de bistrots qui se laissent aller à donner leur avis sur tout et sur rien, mais surtout sur le reste et les autres. Les autres, se sont ceux qui sont différents, ceux qui ne sont pas comme eux, les jeunes qui boivent du coca mais aussi ceux qui ont l’audace de venir d’ailleurs, pas ceux du quartier d’en face mais ceux du pays ou du continent de l’autre coté de la mer ou de la frontière qui n’existe plus que dans les fantasmes des extrémistes en tout genre.

    Francisque le patron du café porte bien son nom. Il a la clientèle qui va avec. Du client qui n’est pas raciste mais qui fait la part entre les bons et les mauvais arabes, de l’arabe qui dit voter FN pour contrer l’entrée des Turcs en Europe, les juifs, les gitans, les Allemands, les pédés, les fonctionnaires, tous le monde en prend pour son grade.

    C’est Yan Lindingre qui se trouve aux commande du scénario, plutôt dialogues. Il a dû en passer des heures dans les bistrots pour en sortir autant d’idées. C’est criant de vérité. Ces mecs qui se plaignent que les étrangers mangent le pain des Français oublient que le boulanger est Italien.

    Manu Larcenet, lui, fait une fois de plus preuve d’un grand talent. Il a su nous faire comprendre par un dessin dépouillé et clair, que le plus important se trouve dans la force du texte, dans l’ironie de la situation. Sans alourdir les planches, il arrive à souffler cet air frais pour nettoyer les propos scabreux des bons Français. C’est en cela que l’on peut aimer le travail de dessinateur de Larcenet. Dans cet album il sait ne pas se mettre en avant et pousse le lecteur dans le sens de la réflexion. Il faut le lire et relire plusieurs fois pour arriver à comprendre toutes les ficelles et arrières pensées des personnages. C’est simplement formidable. C’est si proche de nous que l’on en arrive à ce demander si un jour on n’a pas déjà tenu de tels propos extrémistes. Presque sans s’en rendre compte. Les lecteurs qui n’arrivent pas à en rire sont c’eux qui ne comprennent rien à la vie en société ou ceux qui veulent rire des autres mais pas de leur propre bêtises.

    C’est beau une bd qui pousse à la réflexion sur soi-même.

    Merci aux auteurs pour cette remise au points.

    A offrir à tous les fachos, beaux-pères, et supporteurs du P.S.G.

    Acheter :

    Laisser un commentaire