Children

Les critiques BD

Sur les conseils de sa mère, Tôru Igarashi, un jeune étudiant japonais de 18 ans, accepte un petit boulot dans un orphelinat situé au fin fond des montagnes. Pendant six mois, il devra s’occuper d’enfants et aider aux tâches d’entretien. Le salaire, particulièrement attractif : 3 millions de yens (plus de 24 mille euros) est même anormalement élevé pour le travail mais, pas de problème, cela paiera la fac. Sur place, Tôru fait la connaissance de Sakurako, la directrice de l’établissement, une jeune adolescente de seulement 14 ans et d’un groupe d’enfants. Tous semblent un peu méfiants mais néanmoins plein d’énergie. Tout se passe bien jusqu’à ce qu’à la nuit tombée, cette ambiance joyeuse ne devienne malsaine et extrêmement sanglante !

Ce court récit (2 volumes), premier titre professionnel d’une jeune mangaka qui a débuté dans l’univers du manga underground, se signale par un niveau de violence particulièrement élevé et génère un sentiment de malaise tout au long de la lecture. L’hémoglobine coulant à flots, cette mini-série sera réservée aux amateurs de gore et déconseillée aux personnes sensibles et surtout aux enfants. Meurtres, mutilations diverses, tout ici est bon pour que les enfants trouvent du plaisir en s’attaquant aux adultes. Mais penser que Miura-Miu fait dans le sadisme uniquement pour le plaisir de montrer des enfants psychopathes à l’œuvre est un raisonnement trop simpliste. Tout doit avoir une raison d’être ce que confirment les nombreux indices qui sont glissés tout au long de ce premier tome.

 

Children, tome 1, Miura-Miu. Editions Omake, 218 pages, 7,50 euros.

EAN 9782379890406

 

?>