Christian Desbois

Actualités

Les éditions Casterman sont tristes de vous annoncer la disparition d\’une grande figure du monde de la bande dessinée : Christian Desbois. Galeriste et éditeur indépendant, cet amoureux du Beau nous a quitté dans la nuit du 21 au 22 juin. Présent sans discontinuer sur la scène du 9ème art depuis plus de trois décennies, Christian Desbois avait accompagné, souvent de façon novatrice et toujours avec un goût très sûr, le parcours créateur des têtes d’affiche de la « génération Pilote », puis, sans exclusive, de nombreux auteurs de la nouvelle génération. Complice de Jacques Tardi ou d’Enki Bilal – du premier, il avait publié Tardi en banlieueet Tardi par la fenêtre, et du second le livre du film Tykho Moonet le recueil d’illustrations Bleu sang–, Christian Desbois s’était également mis au service d’auteurs aussi divers que Florence Cestac, Loustal,

 

Jean-Marc Rochette, Lorenzo Mattotti, Joost Swarte ou Nicolas de Crécy.

 

Discret mais chaleureux, fidèle et inspiré, Christian Desbois avait débuté son parcours en éditant des sérigraphies, lithographies, porte folios, sculptures et objets divers, tant des maîtres de l’école belge (Hergé, Jacobs, Franquin, Peyo) que des jeunes talents d’alors, comme Ever Meulen ou Swarte. À partir des années 80, il avait élargi son registre avec sa galerie Escale à Paris (rebaptisée plus tard Galerie Christian Desbois), qui avait exposé les originaux d’artistes aussi divers que François Schuiten, Nicollet, Cabanes ou Philippe Bertrand.

 

À compter des années 90, Christian Desbois s’était davantage tourné vers les arts plastiques, exposant les œuvres sur toile ou papier, les huiles, fusains ou aquarelles de ses amis de la bande dessinée – Bilal et Tardi bien sûr, mais aussi Loustal, Tardi, André Juillard, Jean-Claude Götting, François Avril, Dupuy et Berberian, Claire Bretécher, Zep… En 2001, il avait assuré le commissariat d’une grande exposition Bilal à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris et noué des relations suivies avec la Biennale du 9e Art de Cherbourg qui mit à l\’honneur par son intermédiaire Enki Bilal, André Julliard, Jacques de Loustal et l\’an dernier Hugo Pratt. Il y a encore peu de temps, souhaitant faire tomber les frontières, il inaugurait à Bruxelles les débuts d\’une collaboration entre la Galerie Desbois et la Galerie Champaka.

 

Au cours de sa carrière, Christian Desbois s\’est toujours attaché à valoriser le travail des artistes qu\’il exposait, mettant en place progressivement et initiant une forme de charte d\’exigence et qualité que suivirent d\’autres galeristes. Récemment, il avait encore diversifié ses activités en inaugurant une collaboration éditoriale avec les éditions Casterman : les recueils d’illustrations de la collection Casterman / Christian Desbois, qui avait notamment publié Lorenzo Mattotti (Nell’ Acqua), Benoît Sokal (Lost Paradise of Maurania) ou Nicolas de Crécy (New York sur Loire). Il travaillait plus particulièrement ces derniers mois avec Tardi autour d\’un projet d\’exposition mais il avait aussi à coeur avec Enki Bilal de rééditer Bleu Sang.

 

Ce texte signé Nicolas Finet a été dans sa majeure partie initialement publié sur le site du Festival d\’Angoulême.

 

 

?>