Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme

Actualités

J’assume complètement. Je suis un vrai macho dans le monde de l’édition. Je suis celui qui joue l’homme fort, celui qui peut protéger le « sexe faible » et qui le fait quand il le faut. J’ai déjà eu ma minute de courage en me couchant sur une femme pour la protéger des balles … Le courage laissant ensuite place à la peur qui fait trembler comme une feuille le lendemain. Alors j’ai le droit de jouer le macho. J’aime me battre verbalement avec les femmes intelligentes, elles me forcent à essayer d’être à leurs niveaux. C’est un style, un jeu, une manière de vivre, j’assume.  Alors quand j’apprends qu’il existe un collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme, je me dis que c’est encore une association qui se bat  contre les hommes juste pour croire quelque chose. Mais voilà, je viens de lire les témoignages des femmes travaillant dans le monde de la bd, et pour la peine je n’assume plus. Ce n’est qu’une suite de sexisme abrutie. Comment un éditeur peut-il reconnaitre une différence entre le travail d’un homme ou d’une femme ? Quand c’est bon c’est le travail d’un mec et quand c’est mauvais le travail d’une femme ??? C’est d’une stupidité sans nom.  Et la drague, limite viol, les mains sur les fesses, volontairement et gratuitement puisque c’est une femme… Et la timidité, la peur ou la surprise qui empêche les victimes de réagir. Car oui ce sont des victimes. Non tous les hommes, tous les auteurs et tous les éditeurs ne sont pas comme ces prurits de salopiaud désaxés. Non, la valeur d’un homme macho c’est de respecter la femme et pas de la rabaisser au non d’une valeur qui n’a plus court dans une société dite civilisé. Ces mecs ne sont pas des hommes, ils ne sont rien et n’ont pas de place dans l’échelle des valeurs. Un grand merci au collectif, merci pour ce travail, pour faire ouvrir les yeux à nous autres les mecs. Je vous invite à lire tous les témoignages présents dans le lien suivant : http://bdegalite.org/temoignages/

Acheter :

Laisser un commentaire