Copie du courrier adressé à Mr Peumans par Francois Schuiten

Actualités

« Merci d’avoir pris la peine d’expliquer votre position.

C’est une triste histoire car Benoît Peeters et moi-même avons des noms flamands, ma famille, du côté paternel comme maternel, vient de Flandres, j’ai grandi dans une commune flamande à proximité de Bruxelles et par beaucoup de points, je me sens très lié à la culture flamande. La Bande Dessinée flamande fait partie de mon histoire. C’est donc d’autant plus regrettable de se trouver devant une situation aussi médiocre qui ne reflète pas la richesse de nos deux communautés dans cette forme d’expression.

Je peux comprendre, évidemment, qu’une planche avec un phylactère en Français n’était peut-être pas le meilleur choix pour représenter cette exposition au Parlement Flamand. Quand on m’a présenté …l’affiche avec l’illustration (qui respectait d’ailleurs la totale intégrité de la planche et indiquait le copyright), j’avais été flatté par ce choix, mais aussi un peu surpris. C’est à la découverte de l’invitation que j’ai été choqué et ai rapidement écrit au commissaire de l’exposition.

Ce que je ne comprends pas, c’est qu’il y avait mille et une façons de résoudre ce problème. La plus naturelle aurait été de prendre le texte en néerlandais, tiré de « Het Schieve Meisje ». Les deux versions sont sorties en même temps et sont toujours disponibles dans le commerce. Nous aurions été ravis de vous aider à effectuer ce changement dans des délais très courts.

La solution qui a été choisie est choquante parce qu’elle va à l’encontre même du projet d’une exposition de planches originales. Ce qui est beau dans l’art de la Bande Dessinée, c’est la rapport entre le texte et l’image. Et l’original noir et blanc révèle ce lien organique qui en fait une écriture unique.

On peut aussi regretter que vous n’ayez pas jugé nécessaire de signaler le copyright des auteurs sur le carton d’invitation ainsi que sur le catalogue qui ne mentionne pas non plus l’origine de la couverture. Il me semble qu’il ne s’agit plus là d’un problème linguistique…

Ce pays vaut mieux que cette tempête dans un verre d’eau… »

?>