Death Mountains T2 La cannibale

Les critiques BD
  • Brecht Bec
  • Casterman ©

  • 1846. Le convoi de colons parti pour la Californie tourne au désastre. L’expédition Donner est bloquée devant une montagne. Un camp d’hiver est construit près du lac Truckee. Sans vivres, les colons sont condamnés à mourir. Des courageux partent chercher des secours. Ils passent un col. Après cinq jours de marche, leur guide, Stanton, perd la vue. Il décide d’abandonner et s’allume un cigare. Pour Mary Graves, qui l’aimait, la souffrance est épouvantable… Le scénariste Christophe Bec met ici en scène une histoire authentique racontée dans les écoles américaines : « Le Donner Party ». C’est une page sombre de la ruée vers la Californie. Par un temps épouvantable, des colons partis pour la Californie ont été victimes d’accidents. Sans parler, des mauvaises décisions comme celle de prendre un raccourci. Cela a abouti à une véritable tragédie où l’horreur a eu sa place. Il y eut très peu de survivants. Le cannibalisme comme moyen de survie a réellement existé dans toute son horreur. Si l’adaptation de Bec s’écarte un peu de la réalité, le contenu historique est respecté. Bec n’oublie pas de mentionner les expéditions de sauvetage. Graphiquement, Daniel Brecht sert à merveille le scénario. Son trait fluide trace des décors appropriés et participe à l’aspect tragique de l’histoire. Ses personnages sont plus vrais que nature. Il prend la première place dans ce second volume car les images horribles se passent des mots.
    Un album édifiant qui suscite des abîmes de réflexion…

    ?>