Grand prix de la ville d\’Angoulême : Art Spiegelman

Actualités

Né le 15 février 1948 à Stockholm, alors que ses parents, juifs polonais rescapés des camps, sont sur le chemin de l’exil qui les conduira vers leur nouvelle patrie, les Etats-Unis, Art Spiegelman est une figure majeure de la bande dessinée mondiale. L’histoire tragique de sa famille marque toute son œuvre.

Après quelques travaux de jeunesse, déjà dévolus à cette bande dessinée qui le fascine et le nourrit depuis son enfance, le parcours professionnel de Spiegelman s’amorce véritablement au début des années 70, lorsque paraissent ses premiers strips dans diverses revues underground et psychédéliques américaines comme Zap Comics. Il vit alors intensément l’essor de la contre-culture aux Etats-Unis, côtoie quelques figures majeures de la bande dessinée comme Robert Crumb, et voit finalement paraître son premier recueil, Breakdowns, en 1978.

Devenu, dès cette époque, une figure emblématique de la bande dessinée américaine alternative, Art Spiegelman crée en 1980, avec son épouse française Françoise Mouly, une revue devenue mythique, Raw. Il y publie notamment toute l’avant-garde de l’illustration américaine et de la bande dessinée américaine, comme Gary Panters ou Charles Burns, ainsi que de nombreux auteurs européens d’envergure majeure (Joost Swarte, Francis Masse, Javier Mariscal, Jacques Tardi, etc.) qu’il fait ainsi découvrir aux lecteurs d’outre-Atlantique.

Mais c’est surtout là, dans les pages de Raw, qu’il fait paraître pour la première fois le grand projet qui l’occupe depuis des années : Maus – A Survivor’s Tale (devenu en français Maus, Un survivant raconte), extraordinaire récit où le dessinateur, sous les dehors d’un récit animalier, entremêle la chronique autobiographique (notamment le compte-rendu saisissant de sa relation difficile avec son père) et le récit tragique de la déportation des juifs de Pologne. Rapidement publié en album, et immédiatement identifié comme une œuvre phare de la bande dessinée, le livre sera traduit partout dans le monde (c’est Flammarion qui en assure la traduction en langue française, en deux volumes publiés respectivement en 1987 et 1992) et vaudra notamment à son auteur, premier cartoonist à se voir ainsi récompensé, le prestigieux Prix Pulitzer.

En France, le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême ne manque de remarquer et de récompenser cette œuvre exceptionnelle, en attribuant en 1988 le Prix du Meilleur Album Etranger au tome 1 de Maus, puis en récompensant du même prix en 1993 son second volet, Et c’est là que mes ennuis ont commencé.

http://www.bdangouleme.com/actualite/grand%20prix%20de%20la%20ville%20dangouleme%202011%20:%20art%20spiegelman/256

?>