Accueil • Critiques • Strawberry Shortcakes

Critiques de Bandes Dessinées

Strawberry Shortcakes - Kiriko Nananan , Sakka Share PARTAGER CET ARTICLE

Critique

L’histoire se déroule dans un Tôkyô de notre époque.
Mais ce n’est pas tant la ville ou le pays ou l’histoire qui se passent qui sont importants. Non. C’est sur les personnages qui constituent la trame de ce manga qu’il faut apporter son entière attention.
Au fil des pages, 332 quand même, nous apprenons à connaître les besoins et les rêves de trois très belles jeunes femmes qui n’ont qu’un seul point commun, celui d’être seules, mais comme nous le découvrons à la lecture de cet énorme manga, la solitude peut prendre des formes différentes selon ce que l’on vit.
On commence par Tôko, une belle blonde, qui a la chance d’être une dessinatrice de talent. Tout dans sa carrière professionnelle lui réussit. Mais, car il existe toujours un mais, elle apprend que son ex-petit ami, qui le jour de la rupture lui a joué le grand air de « je t’aime trop pour vouloir te faire du mal, mon amour pour toi n’est pas aussi fort que celui que tu as pour moi. Alors pour ton bien, je pense que nous devons nous séparer ». Et bien, Tôko vient d’apprendre que ce si gentil garçon l’a quitté pour aller vivre, se marier, et faire un enfant avec une autre femme qu’il fréquentait à la même époque. M avait une double vie. La réaction sereine de Tôko n’est qu’une façade pour les autres, mais à l’intérieur d’elle-même, elle se met à se détester. Elle rejette sa haine sur son corps.
Chihiro est la co-locataire de Tôko. C’est une magnifique rousse et tous les hommes se retournent sur son passage. Pourtant elle est seule. Elle a bien entendu des amants à volonté, elle peut même en changer tous les jours, mais cela ne la rend pas heureuse. Elle se sent seul. Elle cherche le grand amour, mais ne le trouve pas. Elle refuse d’aimer sous prétexte qu’elle est aimée. Elle veut vivre l’amour avec un grand A, sans avoir à se poser des questions.
Akiyo, la troisième femme est encore plus complexe que les deux autres. Grande brune, elle exerce le métier de prostituée. Son but c’est de se faire un maximum d’argent tant qu’elle est jeune, pour pouvoir ensuite se payer une belle et grande maison. C’est une femme qui a un but dans la vie et qui emploie tous les moyens pour y arriver. Mais voici que cette femme qui passe son temps dans les bras des hommes contre de l’argent, tombe subitement amoureuse d’un jeune homme, qui lui, ne se rend compte de rien. Elle n’ose pas lui avouer cet amour et elle en souffre.

Trois femmes, trois solitudes différentes ayant comme seule et unique cause les tourments de l’amour.
L’auteur de ce manga, kiriko Nananan, est une femme. C’est un peu évident, car rares sont les hommes réussissant à capter et à reproduire les sentiments aussi forts des femmes.

Elle est dans la plus pure lignée de marasaki Yamada.

tous droits réservés Sakka - Kiriko Nananan - © jullet 2006



le 01/01/1970





Achetez vos livres, BD, Mangas, Revues moins cher sur :
Logo Boutique Culture









Critiques aléatoires

Manga :Kurokami black god T1  BD : Erzsebet D-DAY, Le jour du désastre Remote 1 & 2
Voir la suite

Critiques de livres

Livredumonde.fr

Thématiques