Je suis Légion

Non classé
  • Nury & Cassaday
  • Les Humanoïdes associés ©

  • Décembre 1942.
    Le conflit mondial atteint son point d’orgue. La puissance nazie est à son apogée, mais les Alliés connaissent leurs premiers succès à Stalingrad et dans le Pacifique. L’issue de la guerre n’a jamais été aussi incertaine. Au milieu du chaos, plusieurs destins vont se croiser :

    • STANLEY PILGRIM, policier londonien engagé par le MI-6 comme beaucoup de ses collègues, est chargé d’enquêter sur le meurtre d’un riche notable, VICTOR DOUGLAS THORPE, dont on a retrouvé le corps totalement exsangue. Pilgrim, veuf depuis peu de temps, aurait aimé refuser, mais ses supérieurs ne lui laissent guère de choix : le policier retrouve son ancienne équipe, et se voit bientôt confronté à une série de meurtres qui défient la raison. Des meurtres où l’assassin semble à chaque fois endosser la personnalité de sa victime…

    • KAREL RICEK, résistant roumain, tente de survivre aux rafles de la Gestapo et se voit confier une mission de la plus haute importance : il doit rejoindre un commando allié parachuté dans les montagnes de Transylvanie pour abattre le dignitaire SS RUDOLF HEYZIG, un des chefs du Sicherheitsdienst, le service secret nazi. Aidé de MARIA MIRCEANU, seule survivante de son ancien réseau, il part à la rencontre du commando et se prépare à l’attaque.<
    • HERMANN VON KLEIST, membre de l’Abwehr, le service secret de la Wehrmacht, atterrit à Bucarest avec pour mission de produire un rapport d’évaluation sur le projet « ultra secret » dont Rudolf Heyzig a la charge. Ce projet a pour nom de code « LÉGION » : il consiste en une série de tests effrayants que doit subir une fillette roumaine, ANA ANSLEA, qui semble disposer de capacités surnaturelles. Des capacités qui, si elles étaient pleinement exploitées, donneraient aux nazis une puissance inimaginable… Von Kleist et Heyzig s’engagent dans une sorte de duel administratif, où les notes de service tuent plus vite que les balles…

    Pilgrim, Ricek et Von Kleist. Trois hommes dangereux, qui pénètrent dans un cauchemar sans rédemption possible. Un enfer bien réel qui teste leur courage, leur loyauté et leur humanité. Un jeu mortel qui se cache derrière les arcanes de l’espionnage mondial, et dont ils ne sont que les pions. Si leurs trajectoires devaient dévier, ne serait-ce que d’une seule seconde, c’est toute l’histoire de la Seconde Guerre mondiale qui serait à réécrire…

    La seconde guerre mondiale est un sujet déjà abordé un nombre de fois incalculable dans la bd.
    On pourrait croire avoir tous lu, même le pire.
    Mais il arrive parfois qu’une lumière vienne éclairer l’amas d’albums qui aurait dû rester que des projets.

    « Je suis Légion », avec son histoire sombre, d’une période encore plus noir, son intrigue à la Hitchcock, son mélange de fantastique à la Edgar Poe, nous donne envie.
    Une envie de lire d’un trait sans être déranger, d’une envie de comprendre et d’attendre la suite avec impatience.
    Il en est des séries qui devrait rester au stade de l’ébauche.
    « Je suis Légion » n’en fait pas partie.
    Nury à sans nul doute du talent, mais grâce à son comparse Cassaday, c’est bien plus que cela.

    « Je suis légion » est une œuvre.

    ?>