Kraa T3 La colère blanche de l’orage

Les critiques BD
  • Sokal
  • Casterman ©

  • Klontown. Février 1963. A la clinique, Emily, devenue médecin, se penche sur son journal de jeunesse. Elle se rappelle de Yuma, le jeune indien dont elle était tombée amoureuse et de Kraa, un aigle uni à Yuma comme un frère spirituel. Elle se rappelle du drame sur le barrage quand l’aigle a tué un ouvrier et le curé. L’aigle avait été mis à prix et cela avait été la curée. Yuma avait blessé un chasseur avec une flèche empoisonnée. Emily avait tué un autre chasseur de primes. Tout avait dérapé. Mais, le présent rattrape le passé quand Emily se rend au chevet d’un vieil indien… Benoît Sokal revient à la bande dessinée réaliste pour un triptyque qu’on peut qualifier de chef d’œuvre. Ce dernier tome ajoute la touche finale à une histoire émouvante et cruelle de bout en bout qui montre que Sokal sait raconter les histoires. Mieux, il sait les dessiner à merveille. Il aime la nature et nous offre de superbes paysages, des personnages à l’expression crédible et des animaux qui font penser à ceux de René Hausman. Les couleurs se marient parfaitement avec les images et le scénario. Ce dernier est construit en forme de long flash-back où la tendresse et les émotions sont présentes. Le dénouement est totalement inattendu. Sokal a commencé avec Canardo. Il a été créatif dans les jeux vidéo. Ses tentatives dans la BD réalistes étaient moins convaincantes. Avec Kraa, il réussit à convaincre et ce western fantastique devient un classique.

    Un chef d’œuvre à ne pas manquer…

    ?>