La légende du Lama Blanc T1 La roue du temps

Les critiques BD
  • Bess, Jodorowsky
  • Glénat ©

  • 1950. Les chinois envahissent le Tibet. Mao Tse Toung veut récolter le plus de richesses possibles en faisant croire que le pays est rempli d’espions étrangers. Le général chinois Lao est à la tête de 80.000 soldats. Il se trouve confronté à un groupe armé tibétain. Lao leur propose la reddition. Mais, le général tibétain, Densen Galpo en appelle aux dieux et à la magie. Trois statues de déesses, les Tara, vont les protéger. Lao trouve cette cérémonie ridicule. Quand les Tibétains se lancent dans la bataille, les chars tonnent. C’est un massacre… Trente ans après sa création, « Le Lama Blanc », une des premières séries d’Alexandro Jodorowsky, nous revient avec Georges Bess, son dessinateur. C’est un nouveau cycle. Le Lama Blanc, cette figure emblématique du Tibet, va affronter la menace communiste. Tout commence dans le sang. L’invasion du Tibet est présentée avec cruauté. Exécutions de masse, pillages, viols sont montrés. La violence est dérangeante car elle s’attaque au peuple pacifique du Tibet. Le Lama Blanc va sortir de sa méditation divine et refaire son apparition. Jodorowsky prend son temps pour mettre les éléments en place. On retrouve les ingrédients qui ont rendus la série célèbre : magie, réalité, spiritualité. Le dessin de Georges Bess est de toute beauté. Le trait est détaillé et soigné. Dans un style réaliste, Bess fait preuve de maturité. Les couleurs superbes enrichissent la trame.

    ?>