Couv_61083

La malédiction d’Edgar – Destin Présidentiel

Les critiques BD
  • Chardez & Dugain
  • Casterman ©

  • Cette bd provient du livre La malédiction d’Edgar de marc Dugain qui est un best-seller vendu à plus de 200.000 exemplaires. Avoir cette histoire en bd est une deuxième réussite.

    C’est Chardez qui se colle au dessin.

    Nous avons tous en mémoire la date fatidique du 22 novembre 1963. Le monde entier, des Etats-Unis à la France s’est arrêté de tourner ce jour là. Kennedy fut assassiné à Dallas. Le choc fut si grand que même en France, les cours d’école furent interrompues tellement le choc de la nouvelle mis en émoi la population. Kennedy avait réussi à être plus que le président des Etats-Unis. Il était le Président de la paix face à un monde coupé en deux avec le mur de la honte à Berlin et la guerre froide contre l’U.R.S.S.

    Ce livre qui existe maintenant en bd, reprend ce qui s’est passé avant, au commencement de toute l’aventure de la famille Kennedy.

    L’histoire commence avec le père Kennedy, qui fait fortune avec l’aide de la mafia américaine et qui devient ambassadeur en Grande-Bretagne où il va afficher des attirances avec le gouvernement allemand. Nous sommes en 1938 et ce sont les Nazis qui sont au pouvoir. La présentation est faite et on ne trouve vraiment rien de plaisant à cet homme. Pourtant le succès est présent, sa fortune s’agrandit et il commence à rêver à un grand destin pour ses enfants.

    Mais un homme va se trouver sur ce chemin qui mène au pouvoir. J.Edgar Hoover. Et c’est lui qui détient le vrai pouvoir.

    Rien ne peut se faire sans son accord. C’est en partie par lui que nous suivons la montée des Kennedy.

    Avec cet album c’est un mythe qui tombe. Aucune sympathie ne peut rester. De sympathisant des Nazis à l’utilisation de la Mafia pour prendre le pouvoir, il est finalement logique que la fin soit tragique.

    Le monde de la politique n’est que mensonge, on s’en doute, mais ce niveau d’aveuglement des Américains encore de nos jours est incroyable. On ne fait pas tomber une omerta de plus de 40 ans, surtout quand tout ou presque est basé dessus.

    Il faut lire la bd, mais aussi le livre, en attendant un jour prochain de le voir au cinéma. C’est un plus pour comprendre l’Histoire mais aussi pour faire comprendre qu’il ne faut pas croire les choses comme les autres veulent nous les présenter.

    Acheter :

    Laisser un commentaire