L\’amour est une protéine

Non classé
  • Choi Kyu-Sok
  • Casterman ©

  • L’auteur, Choi Kyu-Sok Est-ce que l’on peut nommer un auteur à l’humour noir.
    Il traite de la société avec une vision réaliste et sans concession pour ses contemporains.
    Dans ce recueil de courtes histoires, il s’amuse avec la mort, la cruauté de l’autre, le mépris de son prochain.
    La première histoire, l’amour est une protéine, met en scène une bande de jeunes étudiants qui passent commande pour leur repas un poulet rôti. Surprise, le livreur est un gros coq qui n’est autre que le père du petit poulet qui va servir de repas.
    Cruel.
    On suit avec Cocaman, un enfant handicapé mental est le souffre douleur d’un jeune garçon sans scrupule qui va pousser l’handicapé à tuer sa propre maman.
    Atroce.

    Et cela continue ainsi durant plus de 170 pages. La méchanceté gratuite, la violence physique et mentale de l’être humain…
    C’est fort, impitoyable, cruel, mais si vrai.
    Pourtant dans les dernières pages, une possible trace d’humanité est visible.
    Si on se donne la peine de la trouver mais aussi de la comprendre.

    tous droits réservés Casterman – Choi Kyu-Sok – © Mai 2006

    ?>