Le choix d’Ivana

Les critiques BD
  • Tito
  • Casterman ©

  • Sarajevo, juillet 2008. Dans la capitale martyre de Bosnie-Herzégovine, où la vie a peu à peu repris son cours depuis la fin du conflit dans l’ex-Yougoslavie, on se réjouit de l’arrestation de Radovan Karadzic. Mais, Ivana, que l’on sent tourmentée par les souvenirs douloureux des années de guerre, a bien du mal à se joindre à la liesse. En fait, la jeune femme est hantée par la mémoire d’événements tragiques : le viol qu’elle a subi en 1992 et l’abandon un an plus tard de l’enfant née de ce viol, Youlia, suite aux troubles et dangers que constituait la vie à Sarajevo à l’époque… Tiburcio de la Llave, alias Tito, est bien connu dans la BD pour sa série Tendre Banlieue. Avec Le choix d’Ivana, il revient à la BD adulte pour un autre portrait dans un autre contexte. Et, une fois la toile de fond politique mise en place, il nous émeut avec une histoire tragique que le lecteur apprend peu à peu. Cette jeune femme, qui a connu le pire – un viol – pendant la guerre, devient de suite attachante. Elle se demande si elle a fait le bon choix en faisant adopter sa fille. On devine les longs moments de doute qui aboutissent au désir de retrouver sa fille déjà adolescente. Dans un album de 64 pages, Tito prend tout son temps pour composer, avec une palette de tous les sentiments, un récit absolument passionnant. Tous les détails font vrais. Son trait réaliste croque des personnages émouvants. Ses décors sont parfaitement documentés.
    Une œuvre forte qu’il ne faut absolument pas laisser passer…

    ?>