Le Temps des bombes

Les critiques BD, Non classé
  • Moynot
  • Casterman ©

  • Dernières années du XIXème siècle. Un jeune homme de bonne famille, Augustin, a quitté sa province pour Paris où il trouve à s’employer chez un imprimeur. Rapidement, il se lie d’amitié avec plusieurs de ses camarades de travail, qu’il découvre très réceptifs aux idées syndicales et politiques progressistes qui sont alors en essor partout en Europe. La tendance anarchiste, en particulier, est très représentée au sein du milieu ouvrier parisien, et ce sont ses tenants les plus radicaux qu’Augustin va côtoyer de près. Ensemble, ils se lancent bientôt dans une campagne de cambriolages chez les grands bourgeois, prélude à une forme d’action encore plus spectaculaire : les attentats politiques… Riche de plusieurs albums dont trois titres de la série Nestor Burma, la bibliographie d’Emmanuel Moynot s’enrichit de cette nouvelle édition du « Temps des bombes », grand récit où s’entremêlent les utopies politiques de la fin du XIXème siècle, les liens du sang et une histoire d’amour. Initialement conçue sous la forme d’une trilogie (« Au nom du père », « L’esprit de révolte » et « Le fils perdu »), l’ensemble de l’histoire est proposé ici sous la forme d’une intégrale en un seul volume. Moynot apprend au lecteur ce qu’est l’anarchie. A savoir une réaction d’une frange de la population ouvrière contre le joug du capitalisme. Graphiquement, Moynot emprunte le style de Tardi pour ses décors et personnages.

    Une intégrale passionnante devenue un classique…

    ?>