Le triskel volé

Les critiques BD

De nos jours, dans une forêt de Galice. Trois créatures magiques (un démon, un pur et un observateur) émergent d’une léthargie plus que millénaire. Ces êtres appartiennent à un ordre païen très ancien, chargé de faire respecter un pacte conclu entre les divers peuples de la terre pour vivre en harmonie avec la nature. Le temps a passé depuis qu’ils se sont endormis et le monde qu’ils découvrent est bien différent de celui qu’ils avaient laissé. Leur réveil est anormal car les conditions requises initialement prévues ne sont pas réunies et Gaia, la Terre-mère ne se porte pas bien par la faute des hommes. Au même moment, Artur Rego, un jeune étudiant met la main sur l’étonnant journal d’Ancares Diaz, un ancien chercheur qui, semble-t-il, aurait découvert la résurgence d’un ordre ancien peuplé d’anges et de démons. Sa clef ? Un talisman celtique, gravé d’un triskel qui est également nécessaire aux trois étranges créatures ! Or, celui-ci a disparu. Commence une quête étrange semée d’embûches, entre bibliothèques universitaires, trafics d’antiquités et meurtres…

Très coloré avec un dessin personnel, cet ouvrage fait appel aux vieux mythes druidiques des anciens Celtes pour nous donner une sorte de fable qui explore le lien entre l’homme et la nature, mais aussi les dérives hasardeuses de l’humanité. Entre enquête policière et fantastique cet album milite da façon transparente pour le retour à une écologie responsable. L’homme est un prédateur qu’il faut maitriser. Pour le démon, il faut éradiquer la race humaine. Sous les atours d’un thriller émerge un récit engagé que ne renierait pas Greta Thunberg.

Le triskel volé, Miguelanxo Prado. Editions Casterman, 104 pages, 20 euros.

?>