L’Epervier T8 Corsaire du Roy

Les critiques BD
  • Pellerin
  • Quadrants ©

  • Rade de Brest. Juillet 1742. La Méduse, le bateau de l’Epervier, attend son capitaine pour partir au Canada remplir la mission secrète que le roi a confié à Yann de Kermeur dit l’Epervier. Mais, ce dernier a été capturé par la comtesse Aude de Séverac avant même de quitter le sol français… Avec le deuxième tome du deuxième cycle, Patrice Pellerin nous livre enfin la suite de l’intrigue passionnante que l’on attendait avec impatience. Tout de suite, la mission de L’Epervier se révèle dangereuse car ils sont nombreux à comploter contre le Roi. Les ennemis pullulent pour le piéger. Dès l’entame de l’épisode, il se frotte à une femme trempée dans l’acier et manque de mourir. Et l’intrigue avance peu à peu alors que la Méduse est toujours à quai en France ! En narrateur consommé, Pellerin sait construire une intrigue qui devient multiple avec de nombreuses scènes d’action. Les dialogues sont ciselés. Pellerin nous propose sa vision de l’Histoire de France. Le dénouement crée la surprise. Graphiquement, Pellerin nous offre, avec son style élégant, une reconstitution historique parfaite et dans les détails. Ses frégates françaises et anglaises sont éblouissantes. La Méduse est un petit chef d’œuvre. Certains décors sont sublimes. Cadrages et plans panoramiques font de cet épisode une réussite. Le rendu des personnages sert à merveille le scénario. Les couleurs de Pellerin illuminent chaque planche.
    Une aventure maritime, au souffle puissant, à ranger parmi les classiques…

    ?>