Les Aigles Décapitées T26 Mon frère ce bâtard

Les critiques BD
  • Pierret
  • Glénat ©

  • 1272. Sigwald de Crozenc apprend que son père Hugues et sa mère Nolween sont décédés. Le château est devenu la propriété du Roi. Lui et sa sœur Mahaut se trouvent sans biens. Sigwald part chez Mahaut, qui vit à Toulouse avec son mari Jehan. Mahaut est dans le désarroi. Son époux ne gagne rien. Mahaut a un amant, Raimon Castenet, un riche commerçant qui a de hautes fonctions municipales. Sigwald veut faire partie d’une troupe de mercenaires, nommés par le roi pour venger une tuerie commise à Sompuy par le comte de Foix. Il sauve sa sœur d’une agression. Ce qui lui vaut un ennemi mortel… Après 25 tomes, les aventures médiévales « Les Aigles Décapitées » prend un tournant capital. Dans le tome précédent, le couple de héros se noyait. Cet opus le confirme : ils sont morts. Le château de Crozenc devient propriété royale. L’héritier Sigwald n’a plus rien et devient le héros sur qui la narration repose. Ses aventures sont pleines de rebondissements. Il évite un empoisonnement et s’exile pour devenir mercenaire à l’assaut du comte de Foix, objet du prochain épisode. La psychologie des personnages est très fouillée. Le dessin met en exergue décors et personnages. Les couleurs sont belles. La vie médiévale est bien décrite. Michel Pierret cherche à rajeunir son lectorat et y parvient.

    Un épisode tragique plein de rebondissements…

    Acheter :

    Laisser un commentaire