000473

Les naufragés du temps

Les dossiers BD

La SF peut-elle prendre un coup de vieux ? C’est la question que soulève la réédition des « Naufragés du Temps », dont les premières aventures remontent maintenant à plus de 30 ans en arrière. En se fiant aux seuls costumes et décors (en droite ligne avec un épisode de Star Trek), on pourrait être tentés de répondre oui. Mais malheur à celui qui s’arrête à ces quelques considérations graphiques. Car passée l’impression « old-school » des dessins (le changement de format et des couleurs n’y pourra rien), on entre dans une histoire d’un modernisme incroyable. La formule tient en fait à peu de choses : une bonne dose de psychologie, une once d’humour et de dérision, et enfin une réflexion sur les dérives possibles du progrès technologique.
Le monde des « Naufragés du Temps » n’a définitivement pas misé sur l’ultra-futuriste, et ce peut-être ce qui le sauve en ce début de nouveau millénaire. Il est même plutôt amusant de constater que le secret qu’est censé protéger Christopher, le héros, s’il pouvait paraître impossible il y a 30 ans (l’injection d’un vaccin bactérien contre les radiations) semble aujourd’hui à notre portée. Les technologies de l’époque relatée (2990) ne sont pas beaucoup plus avancées que de nos jours. Avec d’autres planètes, nous découvrons tout de même d’autres formes de vie, mais l’homme reste semble-t-il l’espèce la plus évoluée de l’univers. Bref, rien n’indique que nous avons affaire à une œuvre de prospective. Mais, au fond, est-ce cela que voulaient les créateurs de la saga ? A les entendre, ils ont voulu révolutionner l’univers SF en bande-dessinée, un peu comme Star Wars l’a fait à la même époque pour le cinéma.
Et dans les années 70, il faut reconnaître qu’il y avait du boulot pour la clique française. « Les 4 fantastiques », « Spider Man » et autres « Hulk » commençaient tout juste à envahir les kiosques, sans véritable rival européen. Déjà, le stéréotype du super-héros à moitié humain qui lutte contre les envahisseurs venus d’autres planètes, commence à faire son moule. Ce sont des bêtes d’adrénaline et de combat, mais de vrais « murs » côté émotions. Jean-Claude Forest et Paul Gillon décident alors de créer Chris, l’anti-héro par excellence. Congelé 1000 ans plus tôt, il est par défaut en décalage avec son temps. Son flegme et son humour « jamesbondien » reçoivent un accueil des plus froids partout où il va. Par contre, son succès avec les femmes reste entier…
C’est en dotant leur personnage d’une véritable existence humaine (interaction entre les personnages, recherche de l’amour perdu) que les créateurs des « Naufragés du temps » vont bouleverser le genre SF. Une « moelle épinière » qui se retrouve quasiment à chaque page. L’action est rythmée par les aventures amoureuses de Chris, ses clashs sentimentaux ou ses trahisons. En résumé, Gillon et Forest ont fait le choix de miser sur la complexité de l’être humain, et non de ses inventions, pour redynamiser le petit monde de la science-fiction francophone.

Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Un scénario, des personnages hauts en couleur et des dialogues pétillants pour une science-fiction très « actuelle ». Et une belle leçon de morale : ne pas s’arrêter à l’âge des dessins sous peine de rater une histoire incroyablement dense. Chapeau l’artiste !
Seule peur de Paul Gillon à l’heure de la réédition : « pourvu que l’on ne pense pas que nous surfons sur une vague que nous avons contribué à créer ! ». A notre tour de le rassurer : ce n’est pas « Lanfeust des étoiles » qui fera passer Gillon et Forest pour des opportunistes !

lesnaufrages1

Tome 1 : L’étoile endormie – par Jean-Claude Forest et Paul Gillon, chez Glénat
Perdu quelque part dans l’espace, Chris flotte dans sa bulle d’hibernation. Il est repêché en 2990, soit 1000 ans après sa plongée dans un coma artificiel, pour défendre un secret dont dépend la survie de l’humanité. Seul problème, la guerre contre le fléau fait toujours rage et il n’a plus aucun souvenir du secret qu’il était censé protéger. Surtout sa compagne qui avait été « congelée » en même temps est toujours à la dérive quelque part dans l’espace. Il ne va avoir de cesse que d’essayer de la retrouver, malgré la menace croissante du fléau. Au diable les gadgets à l’aube du troisième millénaire, Chris va régler ses ennuis façon « old school » !

lesnaufrages2

Tome 2 : La mort sinueuse – par Jean-Claude Forest et Paul Gillon, chez Glénat
Chris vient de retrouver sa compagne Valérie endormie dans sa bulle, sur une planète assez inhospitalière. Elle consiste en un fleuve circulaire, d’une profondeur de quelques kilomètres et sur lequel il est possible de naviguer des deux côtés. Rattrapés par le fléau, Chris et sa bande doivent à nouveau abandonner Valérie. Alors qu’ils refont surface sur l’autre face du rivage, une navette mobile de police les intercepte. Chris va alors aller de Charybde en Scylla avant de pouvoir récupérer Valérie. Il va croiser entre temps la route de la dangereuse Quinine, une naïade peu farouche mais cruelle avec les hommes infidèles. Valérie finit par sortir de son coma pour trouver Chris dans les bras d’une autre femme, du nom de Mara. La crise de jalousie va tomber au plus mal, en plein milieu d’un nouvel assaut du fléau.

lesnaufrages3

Tome 3 : Labyrinthes – par Jean-Claude Forest et Paul Gillon, chez Glénat
Alors que Chris met tout en œuvre pour sauver Mara, blessée pendant la dernière attaque du fléau, Valérie s’exile sur une autre planète. Elle va tomber dans le repaire du pire vaurien du système solaire, le tapir. A peine soulagé d’avoir pu guérir Mara, Chris se met en quête de sa chère et tendre Valérie. Sauf que le tapir sait exactement le secret que cache l’homme venu du passé. Il va lui tendre un terrible traquenard dans le seul but de lui faire retrouver la mémoire et partager son dérangeant souvenir. Le tapir caresse le rêver d’une armée d’hommes bioniques, quasi-immortels face aux armes modernes. Et le secret de Chris va l’y aider…

Acheter :