L\’hôte

Les critiques BD
  • Ferrandez & Camus
  • Gallimard ©

  • Avant la guerre d\’Algérie, dans une école perdue, un instituteur fait la classe aux enfants puis leur donne du grain pour leurs familles. Il habite seul dans cette école et avoue à celui qui le ravitaille qu\’il vit comme un seigneur. Jusqu\’au jour où un gendarme arrive avec un prisonnier, un algérien qui a tué son cousin. Le gendarme demande à l\’instituteur de conduire l\’homme à Tinguit pour y  être jugé. L\’instituteur a beau refuser, le policier s\’en va en lui laissant son arme. C\’est l\’heure des choix. Ils partent dans la neige vers Tinguit, mais l\’instituteur va prendre une décision lourde de sens… Jacques Ferrandez a choisi d\’adapter L\’hôte, une nouvelle d\’Albert Camus tirée de son recueil L\’exil et le royaume. A travers de somptueuses aquarelles, il promène son lecteur dans les étendues désertiques de cette Algérie qu\’il aime tant. Il traduit parfaitement ce qu\’a voulu montrer Camus. Il y a toujours deux voies dans un destin. Ici, l\’instituteur doit choisir entre les deux. Cela  peut avoir des conséquences dramatiques comme le prouve le dénouement de l\’histoire. Pour augmenter encore le sentiment de solitude, Ferrandez fait une économie de dialogues laissant poindre la poésie du récit. On sent que les acteurs sont devant un tournant au-delà duquel les passions vont se déchaîner dans la violence et dans le sang. L\’instituteur explique pourquoi: il n\’y a que des pauvres ici, des fantômes en haillons…

    Une histoire sensible et touchante superbement dessinée.

    Acheter :

    Laisser un commentaire