L’innocence de Siné définitivement reconnue

Actualités

La Licra vient d’être déboutée pour la seconde fois en appel. L\’avocat de la Licra, maître Alain Jakubovicz,avait intenté un procès pour incitation à la haine raciale contre le dessinateur. Il l’a perdu. Lors de la première audience, le procureur avait demandé la relaxe, suivi par le Président du tribunal de Lyon, Fernand Schir, qui s’était montré très ferme et n’avait épargné aucun de ceux qui, sur la place publique, avaient soutenu l’accusation d’incitation à la haine raciale –BHL, Val, Alexandre Adler, Askolovitch– , leur rappelant un des arguments de Philippe Val lors du procès des caricatures:

« Le crime est dans l’œil de celui qui regarde le dessin.» «Le lectorat de Charlie Hebdo est un public éclairé», avait-il affirmé. «Le caricaturiste n’a fait qu’exercer la liberté d’expression de manière satirique, dans un débat public touchant à la laïcité.» Donc, pas d’incitation à la haine raciale dans les chroniques incriminées.

Le Président avait tenu à rappeler la primauté de la liberté d’expression sur le respect des croyances surtout lorsque l’on est dans la satire. La cour d’appel n’est pas revenue sur ce premier jugement. Lors de cette deuxième audience l’avocat de Siné, maître Dominique Tricaud, a, comme pour un générique de fin de film, déroulé les principaux acteurs de cette histoire : «Que sont-ils devenus? Philippe Val, passé de Charlie Hebdoà la tête de France

inter, Claude Askolovitch aux commandes du JDD, Jean Sarkozy toujours plus haut. Quant à l’avocat de la Licra, il est en campagne pour la présidence de l’association. «Et Siné?» poursuivait l’avocat. «Il bande encore!»

Malgré l’échec de ses poursuites devant la justice, la Licra ne parvient pas à lâcher prise. Elle s’acharne contre Siné et veut aller en cassation.

?>