Narcisse T1 Mémoires d’outre-monde

Les critiques BD
  • Chanouga
  • Paquet ©

  • 1880. Un gosse aventureux fait la connaissance sur la côté de Vendée avec Narcisse Pelletier que personne n’apprécie. En effet, cet homme est réputé anthropophage. Pendant 17 ans, il a vécu parmi les mangeurs d’homme en Nouvelle Guinée. Narcisse s’occupe de l’enfant et lui demande de venir chez lui pour éviter la tempête. Il lui raconte sa vie. 1856. L’ado rêve de l’aventure en mer, mais son père refuse d’entendre parler de cette lubie. Un jour, il accepte de confier Narcisse au capitaine Olfus qui dirige l’Eugénie. Comme tout mousse, il doit faire les corvées. Il apprend à supporter la mer avec la chance d’être sous les ordres d’un bon capitaine. Le cabotinage l’ennuie et il profite d’une escale pour quitter Olfus. Il s’engage sur un navire qui vogue vers l’Illyrie. Mais, il a des rapports difficiles avec les autres membres d’équipage… Hubert Campigli dit Chanouga crée ici sa première trilogie. Il s’est inspiré d’une photo du XIXème siècle montrant un homme blanc tatoué et scarifié. Il s’est documenté sur l’histoire véridique de Narcisse Pelletier, un marin qui vécut longtemps avec des anthropophages en Océanie. Après avoir situé le caractère légendaire du héros, Chanouga propose un grand récit d’aventures. Le corps du récit montre Narcisse jeune, ses tribulations et son naufrage. Suite au volume 2. Graphiquement, Chanouga a le trait fin pour décrire personnages attachants et décors.

    On espère que la suite confirmera ce début prometteur…

    ?>